Menu

L’exposition prénatale à l’alcool peut causer une série de dommages. On parle des Troubles du Spectre de l’Alcoolisation Fœtale (TSAF), dont la forme la plus grave et la plus visible est le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF). Les termes utilisés pour le diagnostic de tels troubles varient d’un pays à l’autre, mais on tend de manière générale à intégrer tous les troubles liés à l’exposition prénatale à l’alcool sous la dénomination générique de TSAF, le SAF y compris. Au Canada, on fait par exemple une distinction entre les TSAF avec ou sans modifications caractéristiques du visage.

  • Les TSAF sont souvent difficiles à diagnostiquer.
  • Les anomalies du visage caractéristiques sont rarement présentes. Ce qui induit que le diagnostic de TSAF est souvent confondu avec d’autres diagnostics comme le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.
  • On compte parmi les conséquences possibles de ce trouble : des problèmes de mémorisation et d’apprentissage, des problèmes psychomoteurs, des difficulté d’établir des relations et des interactions sociales, des déficiences physiques, des déficits de langage, etc.
  • On estime que 1 à 4 % des nouveaux-nés en Europe sont touchés par des TSAF. En Suisse, cela correspond à au moins 1700 enfants par an (d’autres estimations évoquent même le nombre de 4000), dont 170 à 400 présentent une forme grave (SAF).

 

Soutiens à apporter aux personnes concernées

Informations et ressources complémentaires